Pour les nouveaux venus dans le monde du parkour, laissez-moi vous expliquer. Lisses, et son voisin Évry, est le point de départ du parkour. C’est là que les fondateurs se sont poussés et ont exploré leurs limites physiques et mentales. Et c’est là que se trouve la fameuse structure de la Dame du Lac (photos ci-dessous). Visiter Lisses, c’est comme aller au premier endroit où quelqu’un a surfé sur une vague. C’est là que l’idée est née. Et à cause de son importance dans l’histoire de Parkour (même si ce n’est qu’une banlieue de Paris), chaque traceur veut y aller à un moment donné de sa vie. Ça m’a pris quelques mois, mais j’ai finalement terminé mon voyage d’histoire obligatoire. Deux fois ces deux dernières semaines en fait !

Voyage à Lisses dans l’Essonne

Lors de mon premier voyage, je suis allé rencontrer un couple polonais en visite à Paris et la deuxième fois avec mes amis venus du Royaume-Uni. Pour ceux d’entre vous qui veulent y aller un jour, il est facile de s’y rendre depuis Paris. J’ai pris le RER D jusqu’à Évry Courcouronnes depuis la Gare de Lyon (vous pouvez aussi y accéder depuis d’autres gares). De là, vous pouvez prendre l’autobus, un taxi officiel à Lisses ou marcher si vous savez où vous allez (ou avoir confiance que vous le trouverez). Ce n’est pas très loin de la gare.

Arriver à la Dame du Lac était, j’imagine, comme voir la Tour Eiffel pour beaucoup de touristes. Vous avez vu le monument en un demi-million de photos et de vidéos, rêvé d’y aller, et maintenant que vous vous tenez devant lui, vous ne pouvez pas tout à fait comprendre la réalité de tout cela.

Quand je suis arrivé au lac pour la première fois, j’étais là, les yeux fixés comme un personnage de dessin animé qui bave sur une belle femme. C’est bien car son titre signifie “Dame du lac”.

Dame du Lac, Lisses, France

Il y a un sentier étroit dans l’herbe qui serpente autour de l’eau jusqu’à l’autre côté de l’entrée. Au bout de ce chemin, on se retrouve face à face avec un vilain panneau Interdit qui nous dit de ne pas grimper sur cette structure… cette structure qui, en fait, a été construite pour l’escalade. Non, ce n’est pas le parkour qui parle. Il y a littéralement des prises d’escalade sur cette chose. Mais quelqu’un a été blessé et tu connais la suite. Vraiment, ils devraient te laisser signer quelque chose qui dit : “Je sais ce que je fais, et si je suis blessé, je promets de ne pas te poursuivre en justice.” Mais c’est une autre histoire.

La deuxième fois, c’était aussi excitant que la première. J’ai couru vers la structure en regardant avec empressement chaque recoin, en tenant, sautant et grimpant que je pouvais voir. Le frisson d’explorer quelque chose de vraiment cool ne disparaît pas. C’est vraiment différent de tout ce que j’ai jamais vu ou escaladé. De plus, il y a un dos que l’on ne voit jamais sur les photos ! Chaque centimètre a été construit pour être joué. Mais je parie que tu veux savoir comment aller au sommet !

C’est une ascension assez facile physiquement, mais mentalement, cela peut être très difficile. La meilleure et la plus facile est de grimper sur le côté gauche qui a des poignées et des empreintes de pieds et de mains le long du mur pour y creuser. En grimpant, j’ai fait une pause à mi-chemin et j’ai regardé autour de moi. Je trouve qu’il m’aide à maîtriser ma peur quand je peux m’occuper de mon entourage. Je regarde en bas, je respire profondément, je me mets à l’écoute de mon environnement et je continue à bouger.

Finalement, vous arrivez à la dernière partie de l’ascension qui est la partie la plus difficile. Les deux premières fois, j’avais quelqu’un qui m’attendait pour me prendre le bras au cas où. Je voulais le faire toute seule, mais cela faisait toute la différence de savoir qu’il y avait quelqu’un pour m’aider si j’en avais besoin. Pour grimper, j’ai bouclé mon doigt dans un petit anneau métallique sur la plate-forme et j’ai utilisé mon bras gauche pour me muscler.

On a réussi !

Se tenir debout au sommet de la Dame du Lac est une sensation incroyable. Honnêtement, je n’arrive pas à croire que je l’ai fait du premier coup. C’est une montée effrayante et j’étais conscient de ma peur, mais j’en avais le contrôle. Chaque fois que j’ai grimpé, c’était de plus en plus facile, mais la peur était toujours là. C’était comme ce sentiment de battement de coeur quand tu vas à un premier rendez-vous. Désolé, je sais que c’est une étrange comparaison, mais c’est la première chose qui me vient à l’esprit. C’est ce genre de sensation d’excitation/anxiété dans votre poitrine et ça devient un peu plus petit à chaque fois que vous faites l’ascension.

Descendre est plus effrayant parce qu’il faut s’abaisser et trouver la première prise de pied sans pouvoir la voir, et ensuite la partie la plus difficile qu’il faut lâcher prise. J’ai peut-être eu un petit moment de panique la première fois que je suis descendu. J’ai failli demander de l’aide, mais je devais le faire moi-même. Arrête de faire le bébé, je pensais. Tu es plus fort que ça. J’ai pris une grande respiration et j’ai réussi à passer de la poignée en boucle métallique que j’avais à une poignée de cliffhanger sur le bord de la plate-forme, puis je me suis abaissé. De là, le reste de l’ascension est relativement facile. C’est comme descendre la rampe d’un escalier. Un escalier très haut et raide….

Visite en transport en commun à Lisses

Une fois que j’ai su que je pouvais le faire, j’étais à l’aise. Comme je l’ai mentionné, la sensation de battement dans ma poitrine est restée, mais je n’hésitais pas et je ne pensais pas trop. J’allais juste de haut en bas. J’étais même assez à l’aise pour apporter mon téléphone là-haut avec moi et prendre des photos ! Ne vous inquiétez pas, j’étais en parfaite sécurité pendant que je faisais ça. C’était en fait la première fois que je me sentais assez à l’aise pour grimper avec mon téléphone dans mon soutien-gorge de sport (il a des poches !) et prendre quelques photos pendant que je l’explorais.

Vous vous dites peut-être, A, vous devez être totalement intrépide pour être capable de faire ça. Ha. J’ai appris que la peur est très subjective. Pas seulement par l’individu, mais par chaque scénario. K n’a grimpé au sommet qu’une seule fois parce que c’était effrayant de descendre et qu’elle ne sentait pas le besoin de le refaire. Plus tard, lorsque nous avons travaillé sur les précisions, il y a eu un saut dont j’avais peur et qu’elle pouvait probablement faire dans son sommeil. Elle n’arrivait pas à croire que j’avais peur de ce petit saut après avoir escaladé le sommet de la Dame du Lac. C’était amusant pour nous de comparer ces craintes et de mettre les choses en perspective.

Nous avons passé la journée à faire des allers-retours entre la Dame du Lac et tous les endroits à l’ancienne que j’ai vus dans d’innombrables vidéos de parkour – y compris le fameux manque de main-d’œuvre. Non, je n’ai pas fait le saut (cette fois…).

C’était tellement cool de voir tous ces endroits et de grimper autour de l’endroit où les fondateurs ont commencé leur voyage. Après une longue journée d’exploration, nous avons terminé avec une autre séance à la Dame du Lac. Cette fois-ci, nous étions plus détendus, en explorant un peu. K et moi sommes retournés dans les cercles pour jouer et nous avons essayé des défis dans différentes parties de la structure. Vous pouvez y passer plusieurs jours sans vous ennuyer !

Dans l’ensemble, une journée fantastique les deux fois que j’ai visité. Je me sens si chanceuse de pouvoir passer toute la journée à sauter, à grimper et à explorer avec des gens aussi extraordinaires – et dans le lieu de naissance du parkour ! Ce n’est pas ce à quoi ressemble chaque jour de ma vie, mais je dois compter mes bénédictions et me sentir bien avec les jours que je passe comme ça.