Les nouveaux articles de l’Annuaire thématique


Service de Taxi à Rennes avec AB TAXI RENNES

La métropole est couverte par de nombreux réseaux routiers, autoroutiers, aériens, et influence considérablement CESSON-SÉVIGNÉ et SAINT-GRÉGOIRE, ses villes-carrefours. Rennes est en effet un raccourci indéniable pour l’Autriche, la Suisse, le Danemark et même pour l’Islande, grâce à son remarquable aéroport Saint-Jacques. Et une position aussi favorable vous donne accès à de multiples destinations. Vous […]Lire la suite

Découvrir la Guadeloupe avec un Chauffeur de Taxi

Vous voulez découvrir la Guadeloupe en Taxi ? Rien de mieux qu’un guide attitré connaissant parfaitement l’île avec un chauffeur privé. Vous découvrirez les charmes et les nombreuses curiosités de la Guadeloupe dans un cadre convivial. Notre compagnie vous propose de découvrir les différents lieux touristiques avec des circuits sur mesure et s’adaptant à vos […]Lire la suite

Découvrir le Val-de-Marne

Le département du Val-de-Marne est également une destination touristique phare de la région Ile-de-France. Il a hérité d’un riche patrimoine culturel, architectural et naturel. Votre taxi sur Créteil vous propose de visiter les endroits qui font le mérite de la région. Il faut entre autres parler du musée d’art contemporain du Val-de-Marne dans le centre-ville […]Lire la suite

Les chauffeurs de taxi Saint-Maur-des-Fossés

Les chauffeurs de taxi Saint-Maur-des-Fossés proposent un niveau de professionnalisme parfait que vous pourrez vous fier complètement à eux dès votre arrivé dans la ville que vous voyagez en train ou en RER. Soyez certains que votre voyage sera parfaitement organisé pour que vous puissiez profiter au maximum du moment pour vous détendre. Pour cela, […]Lire la suite

Service de taxi à Saint-Maur-des-Fossés

Chauffeur Mariage Saint-Maur-des-Fossés Vous vous mariez bientôt ? Dans ce cas, vous devez savoir que vous pouvez facilement réserver un taxi qui sera mis à votre disposition pendant vos noces. En outre, il ne faut pas oublier que ce type d’offre n’est pas uniquement réservé aux nouveaux mariés. Effectivement, les invités pourront aussi faire partie de […]Lire la suite

Tourisme à Saint-Maur-des-Fossès

Des lieux passionnants à découvrir Pour une excursion touristique à travers le département de Val-de-Marne, optez pour un taxi à Saint-Maur-des-Fossés. Cette réservation de véhicule tout confort vous permet de faire de nombreuses découvertes. La commune de Saint-Maur-des-Fossés abrite la fameuse église Notre Dame-du-Rosaire et son architecture hors du commun. En outre, la ville limitrophe […]Lire la suite

Le patrimoine culinaire du Nord-Ouest de Paris

Que diriez-vous d’un bon moment de régal à Pantin ? Fort de son expérience, notre chauffeur connaît tous les recoins de la ville pour émerveiller vos papilles. Il vous suggèrera les meilleurs restaurants de la ville comme les Moulins, la Table d’Eugène, le Laumière, la Bécane à Gaston, etc. Côté hébergement, vous aurez l’embarras du […]Lire la suite

Découvrir Aulnay-sous-Bois

Circuit touristique Aulnay-sous-Bois Aulnay-sous-Bois, aussi appelé « ville aux 4 fleurs » par les Aulnaisiens, regorge d’activités et d’endroits pour séduire les touristes en quête de dépaysement. Par ailleurs, nombreux sont les curieux qui viennent dans la région pour faire du tourisme. Face au nombre croissant de visiteurs à Aulnay-sous-Bois, le mieux est de vous […]Lire la suite


Pourquoi un annuaire thématique sur la France ?

 

La France est l’une des puissances économiques majeurs dans le monde mais également la 1ère destination touristique mondiale. Ainsi, il n’est pas possible de dissocier l’aspect économique du territoire français et de son terroir. Dans ce cadre, l’Annuaire thématique se veut être une passerelle entre d’une part l’économique française dans son ensemble avec ses acteurs nationaux et locaux et les différents lieux touristiques. Dans notre répertoire thématique, vous trouverez ainsi des données essentiels et concises sur la France, ses régions, ses villes et ses lieux touristiques à visiter et découvrir. En somme, sur un seul site Internet, vous trouverez des données macroéconomiques sur les nombreuses communes qui parcellent le territoire, les populations, les infrastructures, comme par exemple les établissements médicaux. Enfin, dans le contenu de nos articles, vous trouverez différents acteurs locaux qui vous permettront de lier découverte, infirmations avec des acteurs économiques de terrain.


Quels sont les thèmes abordés ?

 

L’Annuaire thématique se veut être transversal à la réalité économique et la réalité du terrain. En somme, de nombreuses thématiques sont abordés afin de découvrir des données fondamentales sur l’économique français tant au niveau macroéconomique qu’à l’échelle locale. Nous abordons les différentes régions françaises, comme l’Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France, la nouvelle-Aquitaine, mais également la France d’outre-mer comme la Guadeloupe et la Réunion. Ainsi, nous abordons des données globales et générales comme les communes, les centres hospitaliers, les sites touristiques, les différentes villes importantes françaises et enfin plusieurs entreprises locales qui souhaitent être mises en avant sur notre annuaire thématique.

Tout savoir sur la France


Brève synthèse et données essentielles sur la France

La France s’étend sur plusieurs continents dont l’Europe. Cette partie-là s’appelle la France métropolitaine et concentre l’essentielle de la population. Le pays se trouve à l’ouest du continent avec des frontières qui n’ont pas changées depuis la seconde guerre mondiale. De plus, elle est tournée vers l’océan grâce à une grande façade maritime au nord avec la mer du Nord, puis plus au sud la Manche, l’Océan Atlantique, puis enfin la mer Méditerranée au sud. Les frontières sont donc essentiellement naturelles avec les mers mais également les montagnes, en l’occurrence les Pyrénées avec l’Espagne, le Jura avec la Suisse et les Alpes avec l’Italie. Pour parfaire le tableau, les lacs et cours d’eau délimite le territoire avec le Rhin qui fait frontière avec l’Allemagne et le Lac Leman avec la Suisse. Enfin, dans sa partie européenne, il reste à mentionner la Corse au large de l’Italie et les îles et îlots qui parsèment les côtes françaises. La France est composée de son espace européen, dite la France métropolitaine, ainsi que de territoires outre-mer répartis sur l’ensemble du globe terrestre. Dans l’espace européen, le pays est frontalier de la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la suisse, l’Italie, l’Espagne, Andorre et Monaco. De plus, la France possède une importante façade maritime que ce soit à l’ouest avec l’océan atlantique, la Manche et la Mer du Nord, qu’au sud avec la mer méditerranée. Dans son espace mondial, la France est frontalière avec le Brésil, le Suriname et enfin les pays-bas dans l’île de Saint-Martin.

Données sur la France dans le monde

La France a été un empire durant plusieurs siècles qui s’étendait tout aux quatre coins de la planète. Il reste aujourd’hui de cet empire de nombreux territoires qui ont fait le choix de rester français après les indépendances des années 60. De ce fait, le pays est présent dans tous les océans du monde. Vous trouverez ci-dessous l’ensemble des territoires ultramarins :

  • Amérique du Nord : Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Amérique du Sud : la Guyane
  • Les Antilles : la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélemy et Saint-Martin
  • L’océan Pacifique : la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna, ainsi que Clipperton
  • L’océan Indien : La Réunion et Mayotte, ainsi que les Îles Éparses, l’Archipel des Kerguelen, l’Archipel des Crozet et les Îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam
  • Antarctique : la Terre Adélie

Grâce aux différentes possessions françaises dans le monde, la France possède des frontières avec le Brésil, le Surinam et les Pays-Bas sur l’île de Saint-Martin dans les Antilles.

En somme, la France est de par sa superficie le 42ème plus grand pays au monde. En Europe, il d’agit du 3ème plus grand pays après la Russie et l’Ukraine. Par ailleurs, elle possède le 2ème plus grand espace maritime après celui des USA.

Géologie et relief de la France


La France se caractérise par une très grande diversité des paysages, ce qui explique en partie l’importance du tourisme en France. La partie européenne possède de ce fait de nombreux espaces diversifiés et massifs montagneux à savoir :

  • Les massifs armoricain, central, morvandeau, vosgien, ardennais et corse : ce sont des vieux massifs érodés et vallonnés
  • Les alpin, pyrénéen et jurassien : ce sont des massifs jeunes avec une formation géologique récente et toujours en cours de croissance ; le massif alpin comporte le plus haut sommet d’Europe, à savoir le Mont-Blanc, le plus haut sommet d’Europe.

La Diversité des paysages

Le pays contient également de nombreux bassins sédimentaires : Le bassin aquitain au sud-ouest et le bassin parisien au nord. Ce sont des espaces de rencontre grâce aux nombreux rivières et fleuves dont les plus importants sont la Seine et la Garonne. Ces bassins sédimentaires sont également des espaces agricoles de premier ordre grâce à la fertilité des sols en particulier le bassin de la Beauce et de la Brieb.

Les côtes françaises dans sa partie européennes sont également très diversifiées avec au sud des massifs montagneux qui tombent directement dans la mer (Côte-d’Azur), des falaises (la Côte d’Albâtre) et enfin de vastes plaines de sable comme dans le Languedoc et la côte atlantique.

Les Fleuves français

Le pays se structure autour de 4 grands fleuves qui sont : la Loire, la Seine, la Garonne et le Rhône avec des bassins versant représentant 62% du territoire français. A cela s’ajoutent la Meuse et le Rhin qui sont également de grands fleuves mais qui font frontière avec l’Allemagne.


Le volcanisme en France

Il n’y a à proprement parlé pas de volcanisme actif en France métropolitaine. Nous pouvons mentionner les volcans d’Auvergne cependant ceux-ci ne sont plus en activité depuis plusieurs dizaines de millénaires. En revanche, dans son espace ultramarin, la France peut s’enorgueillir de nombreux volcans actifs et de différents types. Ainsi, de nombreuses îles sont en réalité des massifs volcaniques nés dans des zones de subduction telles que :

  • Dans les Antilles : la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélemy et Saint-Martin
  • Dans le Pacifique : les îles Matthew et Hunter au sud de l’arc du Vanuatu ou les Îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie

Enfin, d’autres îles sont nées de volcans issus de points chaud à savoir : la Polynésie française, La Réunion, Mayotte et Clipperton.

Le Climat


Les différents zones climatiques en France

Le climat français européen est essentiellement soumis à l’influence océanique et dans une moindre mesure méditerranéenne. Cependant, de par l’étendue du territoire, il existe de nombreuses nuances car le climat n’est pas uniforme. Cela dépend de la distance avec l’océan mais également du relief et enfin des lacs et cours d’eau. Les climatologues distinguent plusieurs zones climatiques avec des spécificités propres :

Le climat océanique

Le climat océanique au sens strict du terme qui commence dans le pays basque à la frontière espagnole et qui s’étend jusqu’en Flandre au niveau de Dunkerque, en passant par le Poitou, la Bretagne et la Normandie. Le climat océanique aquitain est plus chaud et se distingue à son tour du climat océanique plus froid au nord du territoire


Le climat semi-océanique

Le climat semi-océanique : lorsque l’on s’éloigne du territoire, le climat change peu à peu avec des saisons plus marquées, des pluies plus rares et plus intenses. Il s’agit d’une zone intermédiaire entre le climat océanique et le climat montagneux ou alpin. Parmi ce type de climat, il existe 2 nuances :

  • Le climat dit « Parisien » au nord qui reste proche du climat océanique dans la mesure où le relief ne fait pas obstacle aux influences maritimes.
  • Le climat intra montagneux dans les vallées.

Le climat semi-océanique

Le climat semi-océanique : lorsque l’on s’éloigne du territoire, le climat change peu à peu avec des saisons plus marquées, des pluies plus rares et plus intenses. Il s’agit d’une zone intermédiaire entre le climat océanique et le climat montagneux ou alpin. Parmi ce type de climat, il existe 2 nuances :

  • Le climat dit « Parisien » au nord qui reste proche du climat océanique dans la mesure où le relief ne fait pas obstacle aux influences maritimes.
  • Le climat intra montagneux dans les vallées.

Le climat semi-continental

Le climat semi-continental au nord-est et au centre-est comprenant l’Alsace, les plaines de la Saône, le nord du Rhône autour de Lyon et enfin les plaines d’Auvergne avec Clermont-Ferrand et de l’Avant-Pays-Savoyard. Ce climat est soumis d’une part aux influences océaniques et d’autre part aux montagnes, à savoir les Alpes et le Massif Central.


Le climat montagnard

Le climat montagnard dans les zones suivantes : les Alpes, les Pyrénées, le Massif central, les Vosges, le Jura et l’intérieur de la Corse. Ce climat se caractérise quant à lui par des amplitudes de température importantes entre l’été et l’hiver et des intersaisons marquées.


La France se trouve à la même latitude que le Québec, pourtant plus froid. Grâce au Gulf Stream à l’ouest et à l’anticyclone des Açores au sud. De ce fait, le climat est proportionnellement plus chaud à latitude comparée avec le reste de monde mais également avec une pluviométrie plus importante. En somme, grâce à sa position privilégiée, les mers et les océans ne gèlent pour ainsi dire jamais.

A contrario, la majeure partie des territoires français d’outre-mer ont un climat tropical en particulier les Antilles, la Réunion et les territoires français dans le Pacifique. Ce climat se caractérise par une pluviométrie importante surtout pendant la saison chaude et des températures en moyenne plus élevées qu’en Europe mais relativement stables avec peu de disparité.

La Population


Répartition de la population en France

La France connait un déséquilibre important entre sa capitale, Paris, et le reste de son territoire. En effet, la capitale française accueille avec son agglomération, à elle-seule, 7 fois plus d’habitants que la 2ème agglomération française, en l’occurrence Lyon. De plus, la capitale regroupe ¼ des étudiants en France et la quasi-totalité des sièges d’entreprises. De nombreuses mesures de décentralisation ont été prises avec la création de capitale régionale comme Lyon, Marseille, Toulouse ou Lille. Cependant dans la réalité, Paris reste le poids lourd français en termes démographiques, économiques mais également culturels.

Les déséquilibres français

Il existe un 2ème déséquilibre entre une partie est industrialisée et une partie ouest qui reste dans son ensemble plutôt agricole. En effet, le pays peut être coupé à l’aide d’une ligne Le Havre – Marseille avec une partie est plus peuplée regroupant les ¾ de la population française et la partie ouest regroupant quat à elle le ¼ restant. Il est à noter cependant que ce décalage s’estompe avec le temps. Les industries de l’est sont en déclin depuis une cinquantaine d’années. De ce fait, les entreprises et les populations ont tendance à se répartir de façon plus uniforme sur le territoire en privilégiant les côtes de l’océan atlantique.

Enfin, il existe des zones de faible population, nommées par les géographes la « diagonale aride » qui va des Ardennes à La Lozère. Ces zones sont très faiblement peuplées avec un attrait économique relativement faible et sans villes d’envergure.


Les métropoles françaises

Pour parachever ce point sur la répartition de la population française, il reste à nous pencher sur la répartition dans les villes et métropoles. La croissance démographique des villes est essentiellement périurbaine, c’est-à-dire les campagnes autour des villes. Ces populations viennent soit des villages et petites villes en perte de compétitivité, soit des centres urbains, soit de la capitale française, Paris, qui voit sa population légèrement baisser ces dernières années.

Voici les métropoles françaises rangée par taille avec le nombre d’habitants dans l’aire urbaine :

  • Paris : 12 568 755
  • Lyon : 2 310 850
  • Marseille et Aix-en-Provence : 1 756 296
  • Toulouse : 1 345 343
  • Bordeaux : 1 232 550
  • Lille : 1 187 824
  • Nice : 1 006 402
  • Nantes : 961 521
  • Strasbourg : 785 839
  • Rennes : 727 357
  • Grenoble : 687 985
  • Rouen : 665 249
  • Toulon : 626 504
  • Montpellier : 607 896
  • Douai et Lens : 539 064
  • Avignon : 529 190
  • Saint-Étienne : 519 834

Le Transport


Les réseaux de transport

La France est un carrefour européen et une importante zone de passage entre les différents pays européens de l’ouest. De ce fait, de nombreuses marchandises transitent via son territoire par voie terrestre (route et train), par voie fluviale et enfin par voie maritime. Il est à noter que depuis le perçage du tunnel de la Manche, la France est reliée par voie terrestre au Royaume-Uni.


Un réseau centré autour de pays

Paris est le centre névralgique de la France d’un point de vue économique, démographique, mais également pour tout ce qui a trait au transport de marchandises et de personnes. Il s’agit d’un héritage de l’histoire puisque l’état français, aussi bien du temps de la royauté que des 2 siècles qui ont suivi la révolution, s’est constituée autour de la métropole parisienne. De ce fait, les transports en France, les Routes, autoroutes, aéroports, gares, sont essentiellement centrés autour de Paris. Pourtant une nette décentralisation est à constater avec la montée en puissance d’autres plateforme comme les Aéroports de Beauvais, Lyon et Nice, ou encre les autoroutes qui relient l’ensemble des régions sans avoir à passer par Paris.

Le Transport routier

Le transport routier reste en France le premier mode de déplacement avec près de 83% des voyageurs et quelques 85% des marchandises. Le transport routier peut s’appuyer sur un réseau important et bien entretenu de plus de 1,1 millions de kilomètres en cumulant les autoroutes, routes nationales et enfin routes départementales. Le Réseau autoroutier, l’un des plus développé au monde, totalise quant à lui presque 12 000 kilomètres. Malgré les campagnes et les actions politiques pour développer les modes de transport alternatifs, la voiture, les taxis, les chauffeurs privés et les autobus, gardent leur monopole. Aujourd’hui la tendance est de développer des véhicules plus propres et respectueux de l’environnement. Il est vrai que la voiture a de véritables atouts face au transport en commun comme le train et l’avion au niveau du transport national. Outre la flexibilité, la voiture est soumise à beaucoup moins d’aléas contrairement au train qui voit son réseau vieillir faute d’investissements conséquents.

Il existe en France un large réseau de transporteurs privés parallèles au service public. Il s’agit des compagnies des Taxis et des entreprises de chauffeurs privés VTC en France. Pour avoir une liste de chauffeurs VTC ou taxi dans votre région, rendez-vous sur les annuaires en cliquant sur les liens ci-dessus.


Le transport ferroviaire

A partir du milieu du 19ème siècle, la France a commencé à se doter d’un réseau ferroviaire sur l’ensemble du territoire. Le réseau a atteint son apogée à l’orée de la 1ère guerre mondiale. Aujourd’hui, le réseau compte 35 000 km de lignes dont près de 20 000 km électrifiés et 2 600 km adaptés au TGV, le Train à grande vitesse français. Le Traffic voyageurs reste en constante augmentation en partie grâce au transport local inter villes pour les travailleurs avec des tarifs très concurrentiels par rapport au véhicule. Dans les principales villes françaises, les voyageurs peuvent s’appuyer sur des réseaux ferroviaires urbains à savoir :

  • Les métros ; Nous retrouvons ce type de transport à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille et Rennes.
  • Les Tramways ; présents dans les villes de Paris, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Toulouse, Grenoble, Montpellier et Nice.

Evolution du transport ferroviaire

Le transport de fret est quant à lui en constante diminution. Cela s’explique par les choix politiques de la SNCF, l’opérateur national du transport ferroviaire. De nombreux investissements ont été réalisés pour créer des plateformes de ferroutage. Cependant, force est de constater que le trafic de fret a été largement délaissé au profit de celui des voyageurs. Le résultat est qu’aujourd’hui le réseau routier français est saturé à cause d’une qualité importante de poids-lourds, en particulier dans les Alpes et en région parisienne. Ceci est d’autant plus problématique à cause du congestionnèrent lors des heures de pointe. Cela entraine un coût important avec des millions d’heures de travail perdues chaque année. Outre cela, de nombreux problèmes écologiques sont à constater comme les pollutions dans les vallées alpines avant les tunnels du Mont-Blanc et de Fréjus. Il n’existe pas aujourd’hui en France une politique d’envergure qui pourrait inverser la tendance. Ceci est d’autant plus problématique que la France est une zone de passage pour tous les poids-lourds européens entre la péninsule ibérique et l’Allemagne, et entre l’Angleterre et l’Italie

Le Transport aérien

Encore une fois, le réseau aérien est centré autour des 2 grands aéroports parisiens que sont Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly. Ceux-ci accueillent chaque année plus de 100 millions de passagers à destination du monde entier, toute l’Europe, l’Amérique, l’Asie, l’Afrique et enfin l’Océanie. Le premier aéroport régional est celui de Nice-Côte-d’Azur qui accueille chaque année environ 13 millions de passagers. 3 raisons expliquent la centralisation des aéroports autour de Paris. Pour en savoir plus sur les aéroports de France et les services de transfert Taxi et VTC, rendez-vous sur le site dédié en cliquant sur le lien.

Liste des transporteurs et des navettes aéroport

Dans un premier temps, les aéroports de province souffrent de la concurrence du TGV qui relie de façon très efficace Paris et ses aéroports, avec l’ensemble du territoire français. De plus, les tarifs sont parfois plus avantageux que les vols intrafrançais. Enfin, les trains relient les centres-villes alors que les aéroports sont situés en périphérie. Cela induit un temps de transport plus important et le coût des transports en commun.

Dans un second temps, l’Aéroport historique français, Air-France, privilégie pour des raisons de logistique mais également économique, une plateforme unique que sont les aéroports de Paris. Ainsi, tous les vols internationaux sont effectués avec Air-France depuis les Aéroports de Paris. Les aéroports régionaux restent dans ce cadre des zones de transit vers les Aéroports de Paris pour des destinations plus lointaines.

Dans un troisième temps, l’état français a créé de nombreux aéroports régionaux de faible envergure dans toutes les préfectures. En conséquent, la France est émaillée de nombreux aéroports mais sans réelle demande locale, sans réel trafic, sans desserte intéressante, et soumis à la concurrence des aéroports parisiens et frontaliers (comme celui de Genève, Francfort, Bruxelles ou Bâle).


Le transport fluvial et maritime

Le Transport fluvial représente une part marginale du trafic de voyageurs et une part dérisoire du trafic de marchandise. Les infrastructures actuelles ne sont pas adaptées pour répondre aux impératifs actuels que sont la rapidité et la flexibilité. Seule exception à la règle, le port de Calais qui est le 2ème port mondial pour le trafic de voyageurs pour des raisons évidentes : la proximité avec l’Angleterre et les nombreuses navettes.

Les ports français sont également en perte de vitesse par rapport aux autres ports européens de la mer du Nord. Les ports de Rotterdam, Anvers, Hambourg, Amsterdam et Brême devancent très largement les ports français que sont les ports de Dunkerque, du Havre, de Nantes–Saint-Nazaire et de Bordeaux. Le port de Marseille subit quant à lui la concurrence de Gêne et Algésiras. Les causes sont multiples : faiblesse des investissements et mainmise des syndicats, ce qui ne permet par de développer et fluidifier le trafic.

Le découpage territorial


Il existe 2 types d’organisation du territoire. Dans un premier temps le cadre général avec la France métropolitaine (comprenant la Corse) et les régions d’outre-mer, puis les territoires d’outre-mer avec des statuts d’autonomie.

Les communes, départements et régions français

La France métropolitaine est découpée en trois niveaux de juridiction : la commune (au nombre de 36681), le département (99 départements) et la région (13 régions métropolitaines).

Les Communes

Les communes ont été créée après la révolution française en remplacement des paroisses. Elles sont dirigées par un conseil municipal qui élit un marie. Celui-ci est le représentant de l’état français dans la commune et gère les différents aspects de la vie communale avec l’appui du conseil municipal. Depuis les années 90, l’état favorise le rapprochement entre les communes dans le cadre de la coopération intercommunale. Celle-ci a pour but de mutualiser les moyens afin de réaliser des économies d’échelle. De plus, cela a un rôle important pour les petites communes qui n’ont pas toujours la possibilité de réaliser les investissements nécessaires pour les habitantes et leurs besoins. La quasi-totalité des communes françaises actuelles font partie d’intercommunalité élargie autour de problématique et de besoins communs. En comparaison avec les autres pays européens, les communes françaises sont, il est vrai, de taille plus modeste. Cela explique en conséquent le succès des intercommunalités et le bon fonctionnement de ces structures administratives.


Les départements

Les départements français ont également été créé après la révolution de 1789 en remplacement des évêchés. Elles sont aujourd’hui au nombre de 99 dont 5 se situant hors de métropole. Elles sont gérées par le Conseil départemental avec des membres élus au niveau cantonal. Le président de la République nomme pour chacune d’entre-elles un préfet, qui est le représentant direct de l’Etat français.


Les régions

Les régions sont de forme plus récente. Elles sont au nombre de 18 et sont dirigées par le Conseil régional. 13 sont en France métropolitaines et 5 dans l’Outre-Mer.


La décentralisation

En comparaison avec les différents pays européens et membres de l’Union Européenne, la France est marquée par une forte centralisation aussi bien économique, démographique que politique. Toutefois, cette situation a changé à partir de 1982 avec la première loi Defferre suivie d’autres loi dans les années 2000 avec le gouvernement Raffarin. Les compétences ont été partagées entre les différentes collectivités territoriales comme le transport, l’enseignement scolaire et les actions sociales. Il est à noter cependant que la juxtaposition de niveaux de compétences rend parfois la mise en place de politiques locales compliquées entre d’une part la commune, l’intercommunalité, les départements, les régions, la nation et l’Union Européenne.


La France d’Outre-Mer

L’ensemble des territoires en dehors de l’Europe, Corse comprise, correspondent aux restes des anciennes colonies de l’Empire français aux Amériques, en Asie et en Afrique. Elles sont restées françaises à l’issu des indépendances suite à des référendums organisées auprès des populations locales. La situation économique et sociale est globalement moins bonne qu’en France métropolitaine et ces territoires bénéficient de nombreuses aides sociales et aides au développement.

Les régions d’Outre-Mer

Le pays comptabilise 5 régions d’outre-mer à savoir : La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion et Mayotte. Elles ont un statut tout à fait similaire avec le reste de la France métropolitaine. En revanche, certaines lois françaises peuvent avoir des dispositions spécifiques dues à l’histoire et les réalités culturelles locales. Il est à noter que ces 5 régions font partie intégrante de l’Union européenne et sont soumises de fait à la législation européenne.

Les Territoires Français

Il existe d’autres territoires avec des statuts très variés et des niveaux d’autonomie différents. Il s’agit des territoires suivants : la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis-et-Futuna et enfin la Nouvelle-Calédonie avec une autonomie très élargie. Petite spécificité, bien que ces territoires ne soit pas membre de l’Union Européenne, les citoyens quant à eux, Français de plein droit, sont citoyens à part entière de l’Union Européenne. Il reste à mentionner les Terres australes et antarctiques françaises et l’île de Clipperton qui ne possèdent aucun habitant et sont gérés directement par l’état français.

La population française


Selon l’Insee, la France a dépassé en 2019 les 67 millions d’habitants dans sa partie européenne. De plus, il reste à comptabiliser 2,1 millions qui habitent dans les départements et territoires d’outre-mer. En tout, cela représente 0.9% de la population mondiale.


La population française

Le territoire français a toujours connu une population élevée en comparaison avec les autres territoires européen. A l’époque de l’Empire romain, la population gauloise était la plus nombreuses de l’empire bien avant les populations latines de la botte italienne. Durant le 19ème et le début du 20ème siècle, la démographie est restée stable alors que durant la même période, les autres nations européennes ont vu leur population augmenter de façon significative en particulier dans les régions du nord de l’Europe. Durant le 2ème moitié du 20ème siècle, la population française a connu une transition démographique importante et bien supérieure la moyenne européenne, grâce à une natalité élevée. Depuis le début du 21ème siècle, le taux de natalité a tendance à rejoindre le taux de mortalité. De ce fait, la population n’augmente plus outre l’accroissement due au solde migratoire. Les projections démographiques sont optimistes et le pays devrait compter près de 80 millions d’habitants en 2060, devenant de ce fait le pays le plus peuplé d’Europe. Par ailleurs, tout comme dans les autres pays européens, la population connait un vieillissement due à l’augmentation de l’espérance de vie et la baisse de la natalité. Actuellement la tranche de la population de plus de 60 ans représente 25% de la population. En revanche, cette part devrait monter à 1/3 en 2050.

L’économie et les revenus des Français

La France est une économie majeure en Europe et dans le monde. Elle occupe la 6ème place en termes de PIB après les USA, la Chine, le Japon, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Avec l’émergence des pays d’Asie, il est à prévoir que l’Inde, l’Indonésie ou même la Corée, dépasse l’économie française au cours du millénaire.

Les Français ont un bon pouvoir d’achat avec une classe moyenne importante et bien répartie sur l’ensemble du territoire. Ce revenu est en forte augmentation depuis le milieu du 20ème siècle et la période des 30 glorieuses. Selon l’Insee, en 2016, le revenu médian est de 1680€ net et le salaire moyen de 2250€. Le pouvoir d’achat et l’indice de développement humain ne place cependant pas la France dans les 1ères positions. En effet, le pays occupe la 24ème position mondiale par rapport au PIB par habitant (38500$ / an / habitant) mais également en fonction de l’IDH avec un taux de 0.901. De plus, l’on constate depuis le début des années 2000 une plus mauvaise répartition des richesses avec d’une part une classe moyenne qui s’essoufflent et connait le chômage de masse, et une classe dite riche avec des revenus en nette progression. De nombreux facteurs sont à l’origine de ces inégalités de richesse.

Les secteurs économiques


Le secteur agricole

La France est une puissance industrielle et a connu au cours des 2 derniers siècle un important exode rural et une chute de la population paysanne. Pourtant, le nombre d’actifs dans le secteur agricole est proportionnellement plus important que dans les autres pays européens. En réalité, toute proportion gardée, la France est restée un pays agricole. La modernisation et la mécanisation de l’agriculture a permis de maintenir voire augmenter la production au cours des années. Avec la politique agricole commune, beaucoup de régions et de terroirs se sont spécialisés dans des domaines bien spécifiques afin d’augmenter en productivité et en qualité. La mise en place des produits avec « appellation d’origine contrôlée » rentre dans cette logique. Il existe en conséquent un véritable savoir-faire français connus dans le monde entier. Citons à titre d’illustration le vin français comme le bordelais et le champagne, le fromage français comme le Rochefort et le Beaufort, ou encore le foie gras à l’origine de conflit commerciaux et douaniers avec les USA. Le développement du bio a permis de revitaliser et d’ouvrir de nouveaux marchés aux cours de ces 2 dernières décennies. En somme, l’agriculture française reste un secteur dynamique, hautement qualitatif et reconnu dans le monde entier.

Le secteur agricole en chiffres

En 2019, la France comptabilise 451 606 exploitations agricoles dont 25 000 d’agriculture biologique. Il y a 885 400 exploitants, hommes à 70% avec une moyenne d’âge de 51 ans. Le secteur peine à se renouveler avec les nouvelles générations qui préfèrent le confort des villes et des revenus plus stables et plus conséquents. La production était en 2017 de 78,8 milliards d’euros contribuant à près de 3,5% du PIB français. La part du secteur agricole est en baisse par rapport à la richesse nationale créée. En effet, dans les années 190, le secteur représentait près de 7% du PIB. De plus, et c’est l’une des faiblesses actuelles de ce secteur, l’agriculture française, tout comme les agricultures européennes, vivent principalement grâce aux subventions de l’Union Européenne sans lesquelles elle ne serait plus rentable ou même viable. Malgré tout, la France est le premier producteur agricole européen avec plus de 17% de la production globale. Elle est première pour la production de : viande bovine, d’œufs, de surimi, de céréales et de sucres de betteraves. Au niveau mondial, elle est le premier producteur de beurre et de pomme de terre, le 2ème producteur de vin après l’Italie, et le 3ème producteur de lait, fruits et légumes.


Le secteur touristique

La France a des paysages variés, des espaces naturels préservés et un patrimoine culturel de premier ordre. Ainsi, grâce à ses nombreux atouts, la France accueille chaque année près de 90 millions de touristes dont 20 millions viennent d’au-delà de l’Europe. Le secteur représente 60 milliards d’euros de devises et une consommation intérieure de 160 milliards d’euros. La France occupe la 2ème position en termes de recettes après les USA mais bien devant l’Espagne, la Thaïlande et l’Italie.

La place de Paris dans le tourisme français

Paris occupe une place significative dans le secteur touristique. En effet, avec près de 18 millions de touristes chaque année, elle n’est devancée que par Londres et Bangkok, la capitale thaïlandaise. Si l’on considère Paris et son agglomération, l’Île-de-France accueille 34 millions de touristes, il s’agit ainsi de la première zone touristique dans le monde et de très loin. Les monuments les plus visités sont sans surprise Le Louvre (10 millions de visiteurs) et Notre-Dame (14 millions).

Paris, la capitale de la France, est la 3e ville la plus visitée au monde avec 17,44 millions de touristes internationaux en 2017, elle est devancée par Londres (19,83 millions de touristes) et Bangkok (20,05 millions de touristes)266. Cependant, si l’on considère Paris en tant qu’agglomération (comme c’est le cas pour Londres et Bangkok dans le classement car, dans leurs cas, la ville-centre se confond avec l’agglomération contrairement à Paris), le nombre de touristes internationaux se monte à 33,8 millions. Le musée du Louvre est le musée le plus visité au monde (10 millions de visiteurs en 2018)268 et Notre-Dame de Paris est le monument le plus visité d’Europe (14 millions de visiteurs en 2018)269.

Les motifs touristiques sont nombreux

  • Dans un premier temps il s’agit d’un tourisme culturel (notamment Paris) basé sur le patrimoine culturel, architectural mais aussi culinaires.
  • Dans un second temps il s’agit d’un tourisme d’affaires, avec les quartiers d’affaires parisiens.
  • Dans un 3ème temps, il s’agit de tourisme de loisirs avec Disneyland et le parc Astérix à titre d’exemple.
  • Dans un 4ème temps, il s’agit d’un tourisme de sports d’hiver en particulier dans les Alpes et de façon secondaire dans les Pyrénées et dans les Vosges.

L’artisanat

Le secteur de l’artisanat reste vivant mais occupe une place marginale. En effet, malgré la concurrence des grandes entreprises et des importations étrangères dont chinoises, les artisans français ont su garder un savoir-faire, local, et qui s’exporte en direction des USA et de la Chine auprès d’acheteurs fortunés. La France comprend un tissu industriel et artisanal dense et réparti sur l’ensemble du territoire. Les deux sont fortement imbriqués et sont ainsi difficilement indissociables. Dans une certaine mesure, l’artisanat français et source d’inspiration et de nouveaux marchés pour les entreprises françaises de toutes tailles.


L’industrie française

La France est la 4ème puissance au niveau mondial et cela malgré le fait que le pays s’est fortement tertiarisé au cours du 20ème siècle. Au niveau macro-économique, cela représente près de 13% du PIB et 97% des exportations. L’industrie est contrastée avec des entreprises de pointes modernes et dynamiques et de l’autre côté, des entreprises sur le déclin en particulier dans le nord de la France. Parmi les entreprises fleurissantes, l’on peut citer les industries liées à l’automobile, l’aéronautique, le spatial, l’agroalimentaire, l’électronique et enfin tout ce qui est lié au luxe et au cosmétique. A l’opposé, l’on retrouve des secteurs avec des effectifs en baisse et en reconversion. Parmi celles-ci nous pouvons mentionner tout ce qui est lié au textile, au travail du bois, à la construction navale et à la sidérurgie. Ces secteurs subissent en réalité la concurrence directe des pays avec une main d’œuvre moins onéreuse et donc forcément plus compétitive. Les délocalisations ont fortement fragilisé des régions entières qui s’étaient spécialisées dans des secteurs actuellement en crise. Les régions Hauts-de-France et Grand-est sont en effet les premières touchées avec un impact humain et social significatif.

L’armement

Le secteur de l’armement occupe une place importante dans l’industrie française avec près de 165 000 employés. L’armée française est un acteur majeur dans la défense mondiale. Le pays est ainsi présent dans de nombreux théâtre d’opération que ce soit en Afrique (Mali et Centrafrique) et en Europe (Kosovo). De plus, grâce aux nombreuses possessions françaises sur tous les continents, l’armée française est présente aux quatre coins du monde et peut déployer ses forces rapidement et quelles que soient les circonstances. Ceci est une véritable vitrine pour mettre en avant le savoir-faire et la technologie française. Le volume des exportations de l’armement français représente entre 15 et 20 milliards d’euros selon les années. Les principales exportations sont : la construction navale, l’aviation, les véhicules blindés et les armes lourdes et légères. Le secteur est en concurrence directe avec les entreprises d’armement américaines, britanniques et russes.


L’énergie

Le secteur de l’énergie a fortement évolué entre le milieu du 20ème siècle et le début du 21ème. En effet, autrefois basée sur le charbon et le pétrole, la consommation énergétique des ménages a évolué vers le tout nucléaire (près de 75%) et les barrages EDF principalement dans les Alpes (près de 20%). La France n’extrait quasiment plus de pétrole et de gaz et a arrêté l’extraction du charbon dans les mines du nord. Le pays importe massivement du pétrole d’Algérie, de Russie et du Moyen-Orient, et du gaz de Russie. Les raffineries françaises permettent quant à elle de fournir 90% des besoins en consommation d’essence. Autre fait important, la France produit plus d’électricité qu’elle en consomme grâce à ses nombreuses centrales nucléaires au nombre de 59 réacteurs. Cependant, étant donné les risques pour l’environnement et les populations, le tout-nucléaire à la française ne fait pas consensus. Des politiques au niveau national tende à valoriser les énergies alternatives afin de développer les énergies renouvelables comme l’éolien ou le solaire. Les résultats restent en-deçà des attentes et la France reste un pays très nucléarisé en comparaison avec les pays européens.

Analyse de l’économie française


L’économie française dans le monde

En 2018, la France occupait la 7ème économie du monde avec un PIB de 2 775 milliards de dollars. Il s’agit d’une des économies les plus importantes au monde, cependant, la compétitivité française n’occupe que la 17ème place. Il est vrai que le pays a de nombreux atouts tels que les infrastructures routières et le haut-niveau de santé publique. Cependant, le pays possède de nombreux freins qui nuisent à son économique. Dans un premier temps, il s’agit avant tout d’un haut niveau de régulation et de barrières non-tarifaires. Cela entraine une difficulté d’adaptabilité des entreprises à l’évolution rapide et constante de l’économie mondiale et de la demande interne des consommateurs. Selon l’indice de la liberté économique de l’Heritage Fondation, la France aucune la 71ème place, sur 186, à cause de la dette pulbique élevées et un marché du travail rigide sans oublier un taux de prélèvements obligatoires parmi le plus élevé au monde. De plus, le système éducatif a de nombreuses lacunes comme le faible nombre d’enseignants et une main d’œuvre encore peu formée aux nouvelles technologies numériques.

Malgré les faiblesses de l’économies françaises, certaines entreprises sont devenues des leaders dans l’économie mondiale. Sur les 500 plus grandes sociétés, 28 sont françaises. Parmi elles nous retrouvons des entreprises liées à la banque, les assurances, le commerce et l’énergie : Axa, BNP Paribas, Carrefour, EDF et le Crédit Agricole.


L’économie française dans l’Europe

L’économie française est fortement dépendante de ses partenaires européens avec qui elle réalise 65% de ses exportations. Le pays est très lié à l’économie mondiale à plusieurs titres. Dans un premier temps, le marché reste exigu avec un territoire modeste. En conséquent, le pays n’est pas en mesure de produire le nécessaire d’un point de vue énergétique (pétrole et gaz) et de ses infrastructures. De plus, le pays est historiquement très lié aux autres économies européennes. Enfin, le pays s’est spécialisé dans certains secteurs économiques et a petit à petit délaissé des pans entiers de son économie où il était moins productif. De sorte que la France est profondément ancrée dans le commerce mondial. Cela se constate au niveau macro-économique. Le pays occupe la 8ème place du point de vue des exportations (pour un volume de 535 milliards de dollars) et la 6ème pour les importations (625 milliards de dollars). L’on constate ainsi une balance commerciale en déficit de près de 90 milliards de dollars chaque année.


La balance commerciale française

Le commerce extérieur français connait d’importantes difficultés. Le déficit se creuse de plus en plus chaque année et ceci est dû en grande partie à l’appréciation de l’euro face au dollar et donc de l’augmentation du coût des exportations et la baisse du coût des importations. En conséquent, la part des exportations de la France dans le monde est en constante baisse passant de6.3% en 1990 à 4.1% en 2006. D’autres facteurs rentrent en jeu comme le coût de la main d’œuvre. Outre la législation du travail et un droit du travail peu souple, les prélèvements sociaux et le nombre de caisses élevés rend la gestion du personnel compliquée et risquée pour nombre d’entreprises. En conséquence, nombre de petites et moyennes entreprises freinent leur croissance pour éviter les risques sociaux et une augmentation trop importante, non contrôlée et non contrôlable de la masse salariale. Enfin le déficit commercial est la conséquence de la forte demande intérieure des ménages. En effet, la croissance française est particulièrement liée à la consommation des ménages. Hors cette consommation s’appui de plus en plus sur les importations dans la mesure où le tissu industriel français ne permet plus de répondre à la demande intérieure.